Menu Chèvres miniatures

  • Blog minichèvres

  • Newsletter

    inscription

    envoyez un

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


    Contact

    (33) 04 67 44 27 45

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Son alimentation

    L'alimentation de notre petite herbivore est avant tout composée de fibres végétales qu'elle sélectionne avec soin (tiges et feuilles de plantes ligneuses, herbe et/ou foin), seuls garants du bon fonctionnement digestif. Les concentrés (granulés, céréales) et friandises ne seront qu'une complémentation minime ! 

     

     

    La pâture :

     

    Chèvres miniatures au paturageComposée de broussailles, de garrigue ou encore de bonne herbe, la pâture sera entretenue en coupant annuellement les refus (plantes non consommées résultant soit de plantes toxiques, soit délaissées car moins goûteuses ou trop grossières, soit souillées par l'urine/crottes). Cette coupe permettra une bonne repousse ainsi qu'une meilleure consommation future. Idéalement, vous pourrez diviser la pâture en plusieurs parties pour permettre une rotation afin de laisser reposer à tour de rôle chaque partie ce qui permettra une meilleure gestion du parasitisme et de la végétation. La chèvre est une débroussailleuse et elle préférera manger d'abord la végétation en hauteur tels que les ronces, branchages, arbustes... bref, les plantes ligneuses. Pensez à protéger les plantes que vous souhaitez conserver intactes par du grillage ou une clôture électrique !

     

    Il faut compter au minimum 300 à 400 m² pour un duo de chèvres. Un terrain trop petit se transformera vite en désert de poussière ou de boue selon la saison. Un terrain trop grand devra accueillir un nombre chèvres plus important pour qu'elles puissent l'entretenir. Pour les terrains humides, prévoir des plans surélevés qui serviront également de jeux, voir > Son comportement.

     

    La pâture, quel que soit sa taille, ne suffira pas à nourrir votre chèvre toute l'année. D'une part car la chèvre craignant la pluie, elle ne sortira pas manger par mauvais temps. D'autre part, les végétaux ne repoussent pas instantanément voire plus du tout à certaines périodes de l'année (hiver ou sécheresse estivale) et enfin, pour la gestion du parasitisme, il est intéressant de laisser le terrain se reposer pendant plusieurs semaines en hiver.

     

     

    Le foin :

     

    Foin de CrauIndispensable notamment en hiver ou en complément de la pâture, choisir un "foin de prairie naturelle" de bonne qualité (la chèvre est un fin gourmet), non poussiéreux et non moisi, de couleur verte et avec une bonne odeur. Evitez la luzerne destinée aux chèvres laitières ou aux chèvres miniatures allaitantes (en complément). Les chèvres laisseront les brins de foin les moins bons, il faudra donc en distribuer plus pour compenser. La quantité distribuée variera selon si le foin est donné en complément de la pâture ou en aliment unique. Dans ce dernier cas, on en donnera à volonté (autour de 1 kg par chèvre et par jour, quantité variable selon le gabarit de la chèvre, de la qualité du foin...).

     

    Distribuer le foin en premier pour une meilleure digestion, donc avant les céréales ou avant de sortir la chèvre sur de l'herbe verte. Le foin compensera l'excès d'eau de l'herbe verte (gorgée d'eau) et il ralentira le transit devant les céréales qui seront alors bien digérées (dans le cas contraire, la chèvre peut rejeter des céréales entières dans les crottes). Utiliser un râtelier ou équivalent car la chèvre est gaspilleuse et délicate sur la propreté, ainsi une nourriture tombée au sol ne sera pas consommée correctement car rapidement souillée ou utilisée comme paillis. Voir : > Son comportement


    Foin bachéPrévoir l'approvisionnement et le stockage des aliments avant l'achat de vos chèvres. Vous devrez stocker foin, paille et concentrés à l'abri des animaux (chèvres, rats...) qui pourraient trouver le moyen d'y accéder et tout saccager. Les aliments devront aussi être protégés de l'humidité (risque de moisissure), du soleil (perte de vitamines et dessèchement trop important) et des intempéries. Si vous n'avez pas de bâtiment, vous pouvez poser des palettes sur le sol afin d'éviter que l'humidité ne remonte, mettre votre foin dessus puis le bâcher correctement (utiliser des ficelles pour entourer le tout), en protégeant tout particulièrement la face exposée au vent dominant.



    La paille :


    La paille servira à pailler le sol de l'abri pour le maintenir sec et propre, particulièrement l'hiver où la couche sera suffisamment épaisse pour aider les chèvres à se réchauffer (évitez donc de curer le fumier trop souvent en hiver et préférez attendre le printemps). Choisir alors la paille d'orge, douce et absorbante.

      

    La paille sera souvent consommée en petite quantité par vos chèvres qui apprécieront son côté fibreux (aide la rumination) et croquant. Il est conseillé d'en mettre à disposition permanente et renouvelée régulièrement, particulièrement lorsqu'une chèvre a de la diarrhée ou après une indigestion. Préférez si possible pour cela, les pailles d'avoine ou de blé dur car elles sont plus croquantes et fibreuses.


     

    Les concentrés (céréales, granulés) :

     

    Céréales-granulés

    Les concentrés sont les céréales et granulés que l'on ne distribue qu'à des chèvres en ayant besoin (selon l'état général, l'alimentation de base trop faible ou lors d'une période difficile : saison froide / gestation / allaitement...). Les concentrés seront distribués avec parcimonie (environ 100 à 150 grammes par jour, par chèvre) à des chèvres dont les apports ne sont pas couverts par le foin et/ou la pâture. Distribuez les concentrés après le foin (meilleure digestion) et en veillant à ce que chaque chèvre ait accès à la même quantité de concentrés (attention aux dominantes).

     

    Les céréales peuvent être de l'orge, de l'avoine ou du maïs (évitez le blé) idéalement concassées, elles apportent à votre chèvre de l'énergie. Mais pour un repas équilibré, il faudra compléter par un apport azoté et protéiné qu'elle pourra trouver dans de l'herbe bien verte du printemps, dans un tout petit peu de luzerne ou de tourteau (tourteau de soja, de colza) ou de pulpe de betterave. Ces aliments sont très concentrés, c'est pourquoi il est indispensable d'en donner avec grande parcimonie. Vous pouvez donner quelques graines de lin quotidiennement pour un apport d'acides gras essentiels (poil luisant...).


    Les granulés sont un mélange de céréales, vous pourrez également y trouver selon le fabriquant du tourteau, de la luzerne, des vitamines, minéraux... Ces granulés sont destinés à un repas de base pour chèvres laitières (avec des besoins plus élevés que ceux de chèvres naines), il sera donc nécessaire de les compléter par 1/3 de céréales pour un meilleur équilibre alimentaire. Une toute petite quantité de tourteau peut être donné aux chèvres allaitantes. Il existe également des granulés de luzerne qui sont à mi-chemin entre le foin et les granulés... à éviter (trop azoté pour des chèvres naines).


    Un excès de concentrés entraînera au mieux un embonpoint, au pire de graves problèmes digestifs, potentiellement mortels tels que des entérotoxémies (cf. > Sa santé) !



    Transition alimentaire :

     

    Chèvre miniature - CHIPIEVitale pour votre chèvre (et à tout herbivore), la transition alimentaire laisse le temps au système digestif de créer la flore et le microbisme nécessaires à la digestion d'un nouvel aliment. L'absence de transition alimentaire est une cause fréquente de mortalité ou de graves problèmes digestifs, particulièrement au printemps à la mise à l'herbe. Les transitions importantes sont le passage du foin à l'herbe ainsi que l'introduction d'un nouvel aliment (céréales ou granulés). Une transition se réalise idéalement sur 15 jours.

     


    L'eau :


    Mettre de l'eau propre à disposition (la chèvre ne boit pas l'eau sale) et renouvelée régulièrement pour éviter les mauvais goûts (par exemple dû au contenant en plastique). La quantité consommée varie en fonction de la taille de la chèvre, de sa condition physiologique, du climat, de sa nourriture...


    Mise à disposition dans des seaux ou bassines à bonne hauteur, attention à ce que l'eau soit hors de portée des plus petits chevreaux sauf si la quantité est minime (risque de noyade, particulièrement pour les plus petits gabarits). Vous pouvez également utiliser un abreuvoir automatique qui permet d'avoir de l'eau à disposition en permanence. Dans tous les cas, attention au gel en hiver.



    Pierre à sel & minéraux :


    Une pierre à sel est indispensable à tout herbivore dont les chèvres. La pierre peut être blanche (sel pur) ou avec un ajout basique de minéraux. Il existe des pierres à sel/minéraux spécial caprin que je vous conseillerai d'utiliser.

     

    Les minéraux sont indispensables à la santé de votre chèvre. Ils influent sur le bon fonctionnement de l'organisme (immunité, reproduction, lactation...). Sous forme de granulés ou poudre à mélanger aux concentrés, ils sont rarement appréciés gustativement mais sont acceptés au bout de quelques jours. Ils existent aussi sous forme de bloc à lécher. On les trouve dans les coopératives agricoles (de proximité ou par correspondance). Ils peuvent être distribués en sus des pierres à sel-minéraux.



    Les friandises :

     

    A donner toujours avec parcimonie car le régime alimentaire de la chèvre doit être composé quasi essentiellement de fibres végétales (tiges et feuilles) ! Pain sec (non moisi), bonbons pour chevaux, céréales, fruits ou légumes non traités... ils seront donnés coupés en petits morceaux pour éviter que la chèvre ne s'étouffe par gourmandise et précipitation.

     

     


    FACEBOOK       Retrouvez-nous sur :       YOU TUBE